Hôtel Biron

Compte tenu de l'alerte liée à l'orage, le musée Rodin est contraint de fermé le jardin de sculptures à partir de 15 h et de reporter la masterclasse de Laurent Gaudé, jeudi 17 juin.
Nous cherchons à vous accueillir dans les meilleures conditions et nous vous communiquerons la date de reprogrammation dès que celle-ci sera connue.

Hôtel Biron

- Diaporama

    Le musée national Auguste Rodin, un lieu d’exception dans Paris

    Au cœur d’un jardin à la française, les collections du plus grand sculpteur français sont présentées dans un hôtel particulier du 18e siècle. La beauté du lieu et des œuvres en fait un lieu d’une rare harmonie. Créé grâce à la donation que Rodin fit à l’État français en 1916, le musée Rodin est l’un des musées les plus visités de Paris. Perçu comme un havre de paix au cœur de la capitale, vous direz bientôt : « le musée Rodin, mon musée préféré ».

    UN LIEU CHOISI PAR L'ARTISTE

    Le musée Rodin a la particularité d’être un musée installé dans un lieu choisi par l’artiste lui-même. Construit en 1732 par l’architecte Jean Aubert, ce délicieux hôtel particulier de type rocaille a été découvert dans un état proche de l’abandon par Rodin en 1908. Il loue les quatre pièces au rez-de-chaussée avant d’occuper l’ensemble à partir de 1911. En ces lieux, le sculpteur prépare ce qui deviendra, le 4 août 1919, le musée Rodin.


    LA LUMIÈRE SUR LES SCULPTURES

    Baigné de lumière grâce aux grandes baies vitrées donnant sur le jardin, le parcours des salles du musée est un enchantement sans cesse renouvelé au fil des saisons. Selon l’heure du jour, les sculptures prennent une nouvelle apparence grâce au jeu continu de la lumière sur les volumes.


    TOUTE L'ŒUVRE DE RODIN EN 18 SALLES

    Le parcours commence par le hall Cantor où se déploie l’escalier monumental. Dans les 18 salles du parcours, esquisses en terre, moulages en plâtre, sculptures en bronze ou en marbre montrent l’évolution de l’artiste tout au long de sa vie. Le processus créatif de l’artiste et la genèse des œuvres sont le fil rouge de la visite.

    Après les trois premières salles consacrées aux débuts de l’artiste, L’Âge d’airain se révèle dans une rotonde. Cette salle, l’une des plus belles du parcours, est entièrement décorée de boiseries du 18e siècle. Le jeu des réflexions dans les glaces anciennes et la blondeur des parquets anciens ajoutent une dimension poétique. Plus loin, Le Baiser, en marbre blanc, dégage une sensualité sans équivoque. Au premier étage, les vues sur les bronzes du jardin donnent un avant-goût du reste de la visite dans le jardin de sculptures où se trouve le Penseur. Salle 16, les œuvres de Camille Claudel, rappellent l’importance du lien qui unit les deux artistes. Le parcours se termine par l’Homme qui marche entouré de la collection d’antiques que possédait l’artiste. Cette œuvre fit de Rodin le premier des « modernes »