Je suis belle

 À partir du 21 juillet 2021, la présentation du pass sanitaire devient obligatoire à partir de 18 ans pour accéder au musée Rodin.

- Diaporama

    Je suis belle

    Auguste Rodin (1840 -1917)

    Le groupe apparaît dès 1880 au sommet du piédroit de droite de La Porte de l’Enfer, constitué à partir de La Femme accroupie, tenue à bout de bras par L’Homme qui tombe, dont le corps paraît alors s’arquer sous l’effort. Dit aussi L’Enlèvement, L’Amour charnel, ou La Chatte, le groupe prend son autonomie vers 1882 et s’inspire du texte de Charles Baudelaire, “ La Beauté “, tiré du recueil de poèmes Les Fleurs du mal (XVII) : « Je suis belle, ô mortels comme un rêve de pierre ».

    L’œuvre illustre la technique des assemblages qui devient un des traits caractéristiques du travail de Rodin. Le sculpteur modifie ainsi profondément le sens de La Femme accroupie en la retournant, en la repliant tel un globe fermé, que l’homme soulève comme Atlas.


    L'œuvre dans le musée

    Collections permanentes – rez-de-chaussée, salle 7

    Les œuvres du musée sont susceptibles d'être prêtées. Leur présence n'est pas garantie.

    Découvrir les thèmes liés à l'œuvre

    Date de conception :

    1882

    Dimensions :

    H. 69,8 cm ; L. 33,2 cm ; P. 34,5 cm

    Matériaux :

    Plâtre

    Numéro d'inventaire :

    S.01292

    Crédits :

    © Agence photographique du musée Rodin - Jérome Manoukian

    Ressources

    Iconographie

    • Je suis belle(zip, 971 ko)