Tête d'Apollon

 À partir du 21 juillet 2021, la présentation du pass sanitaire devient obligatoire à partir de 18 ans pour accéder au musée Rodin.

- Diaporama

    Tête d'Apollon

    Antoine Bourdelle (1861-1929)

    Inscription à l’arrière : Au grand maitre Rodin / Bourdelle
    Donné par Bourdelle à Rodin

    Bourdelle travaille longtemps, à partir de 1893, comme praticien de Rodin, pour tailler ses marbres. Il est certainement le disciple le plus proche de son maître dans sa propre création, tant sur le plan du travail technique que sur celui de l’esthétique. De plus, les deux hommes sont liés par une mutuelle admiration. Mais, à partir de 1905, la plupart des jeunes sculpteurs aspirent à la simplification formelle ; Maillol et Bourdelle sont pionniers. La Tête d’Apollon est le témoin de ce tournant. Bourdelle l’entreprend comme une étude dans laquelle il cherche à délaisser le trou, la bosse et l’accident « rodinien » pour une structure plus dense. Quelques années après, il retrouve le modelage inachevé, sec et fendillé d’un côté. L’œuvre devient, pour l’auteur, le symbole de la rupture esthétique d’avec Rodin, dont il décrit la réaction : « il en fut vivement saisi […] et ne me pardonna jamais ». Rodin est vraisemblablement atteint par la distance prise par Bourdelle et par les nouvelles perspectives ainsi ouvertes.

    L'œuvre dans le musée

    Collections permanentes – premier étage, salle 16

    Les œuvres du musée sont susceptibles d'être prêtées. Leur présence n'est pas garantie. 

    Découvrir les thèmes liés à l'œuvre

    Date de conception :

    1900-1909

    Dimensions :

    H. 32 ; L. 21,7 ; P. 28,5 cm

    Matériaux :

    Plâtre, épreuve issue d’un moule à bon-creux

    Numéro d'inventaire :

    S.02842

    Crédits :

    © Musée Rodin, Hervé Lewandowski

    Ressources

    Iconographie

    • Tête d'Apollon(zip, 604.3 ko)