Celle qui fut la belle Heaulmière

Vue de l'oeuvre

- Diaporama

    Celle qui fut la belle Heaulmière

    Auguste Rodin (1840-1917)

    La première apparition de ce thème se trouve sur un des pilastres de La Porte de l’Enfer en 1887, puis comme motif décoratif sur la panse d’un vase réalisé par Rodin et Jules Desbois en 1888-1889, pour la manufacture de Sèvres. L'œuvre est inspirée par un poème de François Villon.

    L’anecdote veut que La Belle Heaulmière de Rodin ait été conçue en pendant à La Misère de Jules Desbois, pour laquelle une femme très âgée servit également de modèle. La Belle Heaulmière apparaît comme un défi constitué par la représentation de la chair flétrie et de la laideur. L'oeuvre acquise par l'Etat en 1891 fut placée au musée du Luxembourg l'année suivante.

     

    L'œuvre dans le musée

    Collections permanentes – rez-de-chaussée, salle 7

    Les œuvres du musée sont susceptibles d'être prêtées. Leur présence n'est pas garantie.

    Découvrir les thèmes liés à l'œuvre

    Date de conception :

    1885-1887

    Dimensions :

    H. : 50 cm ; L. : 30 cm ; P. : 26,5 cm

    Matériaux :

    Bronze, fonte au sable 1891

    Numéro d'inventaire :

    S.01148

    Crédits :

    © Agence photographique du musée Rodin - Jérome Manoukian

    Ressources

    Iconographie

    • Celle qui fut la belle Heaulmière(zip, 597.7 ko)