hors-les-murs

Rodin, l'œuvre d'une vie

Musée national de Chine, Pékin

Du 28 novembre 2014 au 22 mars 2015

 

Cette exposition clôt l’année de célébrations du cinquantenaire de la reprise des relations diplomatiques entre la France et la Chine. Rodin (1840-1917), immense artiste, n’a cessé, à travers son œuvre, de célébrer la vie et la nature, l’âme et les passions humaines. Son travail occupe la deuxième moitié du XIXe siècle et ouvre la sculpture du début du XXe, à de nouvelles perspectives, expérimentations et aventures.

 

Vingt ans après la première présentation du Penseur à Pékin, la rétrospective organisée conjointement par le musée Rodin et présentée au musée national de Chine propose, à travers 140 œuvres dont 61 plâtres, une relecture de l’itinéraire de ce géant de la sculpture qui marqua l’histoire de la statuaire à l’instar d’un Michel-Ange des temps modernes. Plusieurs chefs d’œuvre de la collection du musée Rodin viennent ainsi baliser ce parcours hors norme, articulé autour de quatre grandes sections.

 

« Les débuts de Rodin » permet de mieux connaître et comprendre le milieu dans lequel a évolué le sculpteur et comment s’est construite son originalité. L’Age d’airain, première œuvre personnelle de l’artiste, dont la nouveauté est un véritable contre-point à la production contemporaine, marque l’émergence d’un sculpteur et sa reconnaissance sur la scène parisienne. C’est ce que cherche à montrer cette deuxième partie, centrée sur la manière expressive puis dramatique dont Rodin revisite la commémoration des grands hommes (Bastien-Lepage, Claude Lorrain) et les passions humaines avec l’évocation historique des Bourgeois de Calais et la commande de la Porte de l’Enfer d’où est issu le Penseur.

 

Le temps de la maturité, qui fait l’objet de la troisième partie, montre l’évolution vers une esthétique de plus en plus symboliste, une expression simplifiée et grandiose qu’incarnent magnifiquement les monuments à Victor Hugo, Balzac et la Muse Whistler. Quelques variations autour du portrait viennent compléter ce panorama.

 

Enfin, une dernière partie, intitulée « Dans le secret de l’atelier » permettra au visiteur de pénétrer dans l’univers créatif de l’artiste : des ensembles significatifs montreront les procédés qu’il développa tout particulièrement à partir des années 1890 comme la fragmentation, l’assemblage, ou l’agrandissement, procédés repris au XXe siècle par nombre d’artistes modernes.

 

Cette exposition révélera, grâce aux œuvres en plâtre, le processus créatif de Rodin. Les œuvres en plâtre de nature très fragile sont très peu montrées en public et c’est une opportunité unique pour le public chinois de découvrir l’œuvre de Rodin en cours de d’élaboration. 

 

Commissaires générales

 

Catherine Chevillot, directrice du musée Rodin
Chen Lusheng, vice président du musée national de Chine

 

Commissaire de l’exposition

 

Hélène Marraud, attachée de conservation, chargée des sculptures au musée Rodin.

 


Site Internet du musée national de Chine