Archives de l'institution

由于安装了一个结构,罗丹博物馆的雕塑花园可以部分进入。我们对造成的不便表示歉意。

Archives de l'institution

Présentation


Ces archives publiques, conservées depuis 1919, date de l’ouverture du musée, sont constituées de documents produits et reçus par l’institution. Elles représentent l’équivalent d’un kilomètre linéaire et conservent la mémoire institutionnelle du musée et l’activité de ses différents services qui tous ensemble œuvrent à la défense du droit moral du sculpteur, à la conservation de son patrimoine et à sa diffusion.


Depuis 2003, ce fonds en accroissement permanent, fait l’objet d’un traitement particulier et respecte un plan de classement établi en 2010. Plusieurs répertoires par série ont été élaborés et sont à la disposition des chercheurs.

Cet archivage, papier et électronique, témoigne de l’histoire centenaire du musée par le biais des archives de ses directeurs successifs et de ses Conseils d’administration. Elles retracent l’activité du musée tout entier, la gestion des collections, l’élaboration des expositions, la constitution de son administration et des différents services, la vie des lieux, les transformations des bâtiments et la réfection de ses différents espaces réalisées depuis la mort du sculpteur et jusqu’à nos jours.


Le plan de classement qui régit la totalité du fonds par série et des outils de recherche détaillés permettent d’y accéder.

Ces archives sont consultables par la communauté des chercheurs dans le respect de la réglementation en vigueur (Livre II du Code du Patrimoine reprenant la loi n° 2008-696 du 15 juillet 2008 relative aux archives).
Les documents sont librement communicables à toute personne qui en fait la demande, à l’exception de ceux couverts par des secrets relevant de la vie privée, du secret médical, de la défense nationale, de la sûreté de l'État... Ces derniers ne peuvent être communiqués qu'à l'issue des délais fixés par la loi ou, avant leur échéance, après autorisation sur demande motivée à titre dérogatoire.

 

Premières boîtes d’archives du musée Rodin, © Agence photographique du musée Rodin – Jérome Manoukian/Pauline Hisbacq