« Rodin : textes et recherches »

« Rodin : textes et recherches »

« Rodin : textes et recherches » est une collection à la pointe de ce qui s’écrit sur l’un des sculpteurs les plus célèbres à travers le monde : Auguste Rodin (1840-1917). Variée, didactique et scientifique, elle comporte trois différents types d’ouvrages :

  • Des traductions – inédites en français – de grands essais de référence sur Rodin, issus de différents horizons géographiques : Allemagne, Japon, Russie, République Tchèque, etc.
  • Des actes de journées d’études ou de colloques internationaux qui ouvrent des perspectives nouvelles sur des thèmes pouvant inclure et/ou dépasser le simple cadre de la recherche rodinienne
  • Des essais libres propres à renouveler le regard sur l’œuvre du sculpteur ou sur le contexte artistique de la période


Pluridisciplinaire, elle rassemble des textes aux approches diverses : selon les œuvres et les thèmes, l’analyse historique, esthétique, philosophique et littéraire se conjuguent pour une plus grande pertinence des propos.


Traductions – Vol. 1 – Julius Meier-Graefe, Auguste Rodin

Le critique et historien de l’art Julius Meier-Graefe (1867-1935) a publié en Allemagne, en 1904, un texte fondamental sur Auguste Rodin (1840-1917) dans une monumentale histoire de l’art, jamais traduite en français à ce jour. L’originalité de son approche, formelle et esthétique, renouvelle alors en profondeur le regard sur l’œuvre du sculpteur. Voyant chez lui une approche impressionniste, propre à exacerber les sensations, l’auteur montre combien Rodin a bouleversé en profondeur la sculpture, suscitant bien des débats et ouvrant des perspectives nouvelles aux artistes appelés à lui succéder.
Préface, introduction, notes détaillées, correspondance et cahier iconographique accompagnent cette traduction inédite et font de cet ouvrage une référence incontournable.

Journées d’études / colloques – Vol. 1 – Art et mémoire

Entre l’art et la mémoire, les liens s’avèrent multiples, dès les origines : la déesse Mnémosyne, gardienne du souvenir, ne donna-t-elle pas naissance, dans la mythologie grecque, aux Muses et par extension aux musées, lieux de conservation, d’exposition mais aussi de transmission tournés vers les générations futures ? Dans le sillage du double testament, artistique et patrimonial, d’Auguste Rodin, dont le musée vit le jour le 4 août 1919, les essais ici rassemblés interrogent, dans une multitude de champs disciplinaires, les relations variées et singulières qui existent entre histoire, souvenir, création et patrimoine. La diversité des œuvres étudiées – sculpture, peinture, littérature – datant de la Renaissance à nos jours – offre un large panorama et ouvre des perspectives nouvelles.