Les grandes années de création

Accès rapide aux chapitres :
Jeunesse et formation | Les grandes années de création | Un tournant décisif | Les dernières années

Accès rapide aux dates :
1880 | 1881 | 1882 | 1883 | 1884 | 1886 | 1887 | 1888 | 1889 | 1890 | 1891 | 1893 | 1894 | 1895 | 1896 | 1897 | 1898 | 1899

La Porte de l'Enfer, étude1880 ^

Grâce au soutien de quelques amis, L'Âge d'airain est acquis par l'État en 1880, pour la somme de 2000 francs.

L'État français commande à Rodin une porte pour le futur musée des Arts Décoratifs.

Ce projet deviendra La Porte de L'Enfer, inspirée de La Divine Comédie de Dante. Cette oeuvre monumentale devait dès lors l'occuper jusqu'à la fin de sa vie sans qu'il la fasse pourtant jamais livrer ni fondre en bronze. La Porte reste également tout au long de la carrière de Rodin un répertoire de figures reprises, assemblées, modifiées, à la base de la création d'un large corpus d'œuvres à venir.

La Porte de l'Enfer, étude, [Ph.02098]

 

Rodin se voit attribuer un atelier au Dépôt des marbres (182, rue de l'Université, à Paris), qu'il garde jusqu'à sa mort.

Le Penseur1881 ^

L'État français achète une épreuve du Saint Jean-Baptiste en bronze.

Premier voyage en Angleterre durant lequel Rodin fait l'apprentissage de la gravure auprès de l'aquafortiste Alphonse Legros. Sur ses conseils, Rodin réalise plusieurs gravures à la pointe-sèche.

Création des figures d'Adam et Ève destinées à encadrer la La Porte de L'Enfer. Les premières oeuvres importantes conçues pour La Porte de L'Enfer, comme Le Penseur, datent sans doute de cette année.

Auguste Rodin, Le Penseur, bronze, moyen modèle, 1881-1882, [S.01131]

 

Le Baiser1882 ^

Rodin conçoit un groupe représentant un couple enlacé s'embrassant, inspiré de l'histoire de Paolo et Francesca, racontée par Dante dans L'Enfer. D'abord placé au bas du vantail droit de La Porte de L'Enfer, ce groupe en sera retiré vers 1886.

Au Salon de 1882, succès des bustes de Carrier-Belleuse et Jean-Paul Laurens.

Charles Bodmer, Le Baiser, estimé 1882, [Ph.10155]

 

Portrait de Camille Claudel1883 ^

Rodin rencontre Camille Claudel, alors âgée de 19 ans. A ce jour, rien n'a été trouvé qui documente de façon certaine la date exacte ni même les conditions de cette rencontre. Rodin est séduit par le tempérament fougueux et par le talent exceptionnel de sa nouvelle élève qui devient sa collaboratrice, sa maîtresse et sa muse. Cette relation fusionnelle et tourmentée marqua à jamais le sculpteur.

Décès du père de Rodin, Jean-Baptiste Rodin.

César, Portrait de Camille Claudel, estimé 1884, [Ph.01029]

 

De plus en plus soutenu par la critique, Rodin développe ses relations artistiques, littéraires et même mondaines, fréquentant notamment le Salon de Mme Adam (Juliette Lamber, 1836-1936), femme de lettres qui créa La Nouvelle revue en 1879. Grâce à ce réseau, Rodin obtient de pouvoir modeler le Buste de Victor Hugo chez le grand poète.

 

Monument aux Bourgeois de Calais1884 ^

Grand succès des bustes de Victor Hugo et Jules Dalou au Salon de 1884.

La municipalité de Calais commande à Rodin un monument commémoratif à Eustache de Saint Pierre qui devient le Monument aux Bourgeois de Calais.

Eugène Druet, Monument aux Bourgeois de Calais, estimé 1896, [Ph.03373]

 

Maquette du Monument à Vicuna Mackenna1886 ^

Commande des Monuments à Vicuna Mackenna et au Général Lynch pour la ville de Santiago au Chili.

Charles Bodmer, Maquette du Monument à Vicuna Mackenna, estimé 1886, [Ph.00337]

 

Page des Fleurs du Mal illustrée par Rodin1887 ^

Rodin illustre l'exemplaire des Fleurs du Mal de Charles Baudelaire appartenant à l'éditeur Paul Gallimard. Il reprend, par le dessin, des figures et des groupes créés pour La Porte de L'Enfer, comme Le Penseur ou La Faunesse à genoux.

Page des Fleurs du Mal illustrée par Rodin, 1887-1888, [D.7174]

 

Première exposition du Baiser, à la Galerie Georges Petit. L'oeuvre est très remarquée.

Rodin est fait chevalier de la Légion d'Honneur.

 

Rodin dans son atelier, accoudé au baiser1888 ^

L'État français commande une version monumentale du Baiser, en marbre, pour l'Exposition universelle de 1889. Rodin ne parviendra pas à l'achever dans le délai imparti.

Rodin dans son atelier, accoudé au baiser, fin 1888-début 1889 [Ph.00016]

 

Portrait de Rodin les cheveux en brosse1889 ^

Rodin devient membre fondateur de la Société nationale des Beaux-Arts.

Exposition commune avec Claude Monet à la galerie Georges Petit à Paris. Grand succès, notamment pour Rodin, qui n'avait jamais montré autant d'oeuvres à la fois.

Commande du Monument à Claude Lorrain, inauguré à Nancy en 1892.

Rodin reçoit la commande d'un Monument à Victor Hugo pour le Panthéon. Il choisit de représenter le Victor Hugo de l'exil, au bord des rochers de Guernesey, le bras tendu comme pour calmer les flots.

Adolphe Braun, Portrait de Rodin les cheveux en brosse, estimé 1889, [Ph.00168]

 

Monument à Victor Hugo, premier projet, deuxième étude,<abbr>esquisse</abbr>1890 ^

Le projet de Monument à Victor Hugo, jugé trop confus, est refusé à l'unanimité.

Rodin commence à travailler à un second projet qu'il ne présente au Salon de la société nationale des Beaux-Arts qu'en 1897.

Monument à Victor Hugo, premier projet, deuxième étude, esquisse, mars 1890, [S.01073]

 

Conducteur de Tours, modèle du Balzac1891 ^

Tandis que Rodin exécute une nouvelle maquette du Monument à Victor Hugo pour le Panthéon, le premier projet est commandé pour être placé dans un musée ou un jardin public.

La Société des Gens de Lettres commande à Rodin un Monument à Balzac.

Anonyme, Conducteur de Tours, modèle du Balzac, [Ph.01218]

 

1893 ^

Rodin succède à Jules Dalou au poste de Président de la section sculpture et Vice-président de la Société Nationale des Beaux-Arts.

Il engage le sculpteur Antoine Bourdelle en tant que praticien dans son atelier.

Monument à Sarmiento1894 ^

Rodin est invité chez Claude Monet à Giverny où il fait la connaissance du peintre Paul Cézanne.

Commande du Monument à Sarmiento, destiné à Buenos Aires en Argentine, il est inauguré en 1900.

Eugène Druet, Monument à Sarmiento, 1895, [Ph.01368]

 

Rodin devant l'atelier du dépôt des marbres, La Pensée en marbre en arrière-plan1895 ^

Rodin achète la Villa des Brillants à Meudon qu'il loue depuis 1893. Il y aménage progressivement divers ateliers dans des bâtiments annexes où s'affairent, chacun dans sa spécialité, praticiens, mouleurs, ouvriers ou secrétaires. Chaque jour, Rodin se rend néanmoins de Meudon à Paris, dans son atelier du Dépôt des marbres, rue de l'Université.

Rodin devant l'atelier du Dépôt des marbres, côté cour, vers 1900, [Ph.00021]

 

Inauguration du monument des Bourgeois à Calais, plus de 10 ans après la commande initiale.

 

Rodin devant sa collection d'antiquesDébut de la constitution de sa collection d'antiques et de peintures. Rodin amasse peu à peu un très grand nombre d'objets provenant de différentes époques et cultures, achetés chez des marchands, en vente publique ou à des particuliers.

Albert Harlingue, Rodin devant sa collection d'antiques, vers 1910, [Ph.00007]

 

1896 ^

Exposition "Rodin, Puvis de Chavannes, Carrière" au musée Rath de Genève.

Rodin développe un nouveau style de dessin.

Monument à Victor Hugo au Salon de la Société nationale des Beaux-Arts1897 ^

Maurice Fenaille, un des mécènes de Rodin, fait publier une suite de cent quarante deux dessins, avec une préface d'Octave Mirbeau, dit Album Goupil (du nom de l'éditeur).

Le Monument à Victor Hugo (en plâtre) est exposé au Salon de la Société Nationale des Beaux-Arts.

Eugène Druet, Monument à Victor Hugo au Salon de la Société nationale des Beaux-Arts, [Ph.00007]

 

Les sculptures de Mr Rodin au Salon1898 ^

Rupture définitive entre Rodin et Camille Claudel.

Rodin expose le Baiser en marbre et le Balzac en plâtre au Salon de la Société Nationale des Beaux-Arts.

Les sculptures de Mr Rodin au Salon, in L'Illustration, 14 mai 1898

 

Monument à Puvis de Chavannes1899 ^

Commande d'un Monument à Puvis de Chavannes.

Première exposition monographique de Rodin à Bruxelles en Belgique, puis à Rotterdam, Amsterdam et La Haye aux Pays-Bas.

La grande Ève est exposée au Salon de la Société nationale des Beaux-Arts.

Jean Limet, Monument à Puvis de Chavannes, sans date, [Ph.00384]

 

< 1840-1879 : Jeunesse et formation | 1880-1899 : Les grandes années de création | 1900-1908 : Un tournant décisif >