Les dernières années

Accès rapide aux chapitres :
Jeunesse et formation | Les grandes années de création | Un tournant décisif | Les dernières années

Accès rapide aux dates :
1909 | 1910 | 1911 | 1912 | 1913 | 1914 | 1915 | 1916 | 1917 | 1919

L'Hôtel Biron1909 ^

Décision de vente de l'Hôtel Biron par l'État français. Rodin entreprend toutes les démarches nécessaires pour la sauvegarde de l'hôtel et engage avec l'État d'importantes négociations.

Charles Berthelommier, L'Hôtel Biron, vers 1910, [Ph.01381]

Premier projet de Rodin de faire une donation de ses œuvres et de ses biens à l'État français, le projet est rédigé par Paul Escudier (1858-1931), avocat et homme politique qui soutient Rodin dans cette décision.

Le premier projet du Monument à Victor Hugo est finalement placé dans les jardins du Palais Royal en 1909.

Grande exposition de dessins à la Galerie Devambez à Paris.

1910 ^

Exposition de dessins de Rodin dans la salle des fêtes du journal Gil Blas, à Paris.

 

L'Homme qui marche au palais Farnese à Rome1911 ^

Exposition des oeuvres de Rodin aux Beaux-Arts de Berlin.

L'État français commande au sculpteur un Puvis de Chavannes pour le Panthéon. Ce projet reste inachevé.

Acquisition du groupe des Bourgeois de Calais par l'Angleterre, pour les jardins de Westminster.

L'Homme qui marche est installé au Palais Farnese à Rome.

Cesare Faraglia, L'Homme qui marche au palais Farnese à Rome, vers 1912, [Ph.01110]

 

Parution de L'Art, entretiens réunis par Paul Gsell (1870-1947), journaliste, homme de lettres et critique.

Portrait de Rodin1912 ^

Exposition d'oeuvres de Rodin à Tokyo, au Japon, organisée par la revue Shirakaba.

Exposition de dessins de Rodin à la nouvelle bibliothèque de Lyon.

Inauguration de la salle Rodin au Metropolitan Museum de New York.

Henri Manuel, Portrait de Rodin, 1912, [Ph.14853]

 

Collection d'antiques de Rodin1913 ^

Exposition à la Faculté de Médecine de Paris où sont montrés pour la première fois des antiques de la collection de Rodin.

Rodin séjourne à Londres pour l'installation du groupe des Bourgeois de Calais devant le Parlement.

Eugène Druet, Collection d'antiques de Rodin, 1913, [Ph.02425]

 

Rodin chez John Marshall à Rome1914 ^

Rassemblant ses notes pleines de descriptions poétiques sur les églises gothiques, prises tout au long de sa vie et au hasard de ses visites, Rodin fait publier Cathédrales de France, illustré de cent fac-similés de ses dessins, réalisés par le lithographe Auguste Clot et préfacé par le journaliste Charles Morice (1860 – 1919).

Rodin fuit la guerre et part en Angleterre avec Rose et Judith Cladel, puis à Rome, où il mène une vie douce et agréable, redécouvrant avec une émotion intacte les beautés de la ville. Il passe presque tout son temps à dessiner.

John Marshall, Rodin chez John Marshall à Rome, déc 1914, [Ph.01129]

 

Buste du Pape Benoît XV1915 ^

Nouveau voyage à Rome au cours duquel Rodin, choisi pour exécuter le buste du nouveau pape, rend visite à Benoît XV. Au bout de trois séances de pose, le pape se lasse, congédie Rodin et lui fait remettre une série de photographies pour l'aider à poursuivre son travail.

Meurtri, Rodin quitte aussitôt l’Italie et achève le buste à Meudon, grâce au souvenir encore frais de la physionomie du pape. Le rendu puissant de ce visage sévère avec une expression évidente de souveraineté se heurta néanmoins à la réticence d'un pape obstinément déçu par le résultat.

Auguste Rodin, Buste du Pape Benoît XV, [S.1198]

 

Le Monument des Bourgeois de Calais, acquis par l'État anglais en 1912, est dévoilé officiellement à Londres en juillet, devant le Parlement, sans cérémonie.

Exposition de seize des dix-huit œuvres données à l'Angleterre, à la Royal Scottish Academy d'Edimbourg.

Buste d'Étienne Clémentel1916 ^

Rodin entreprend de faire le Buste d'Étienne Clémentel, alors ministre du Commerce, de l'Industrie, des Postes et Télégraphes afin de le remercier pour son rôle déterminant quant à la reprise des négociations concernant la création d'un musée Rodin. Ce sera la dernière oeuvre du sculpteur.

Auguste Rodin, Buste d'Étienne Clémentel, bronze, 1916, [S.1366]

 

Rodin est gravement malade, une congestion cérébrale le plonge dans une complète inconscience, affaiblissant de façon irréversible ses facultés.

Trois donations successives (le 1er avril, le 13 septembre et le 25 octobre) de ses collections sont faites à l'État français, en vue de la création d'un musée Rodin à l'Hôtel Biron. La Chambre des Députés puis le Sénat acceptent la donation, l'Assemblée nationale vote l'établissement du musée Rodin à l'Hôtel Biron.

Rodin reçoit une commande pour un monument à la mémoire de la défense de Verdun. Il propose de faire agrandir L'Appel aux armes, le projet de monument à la défense de Paris qu'il avait réalisé en 1879.

Léonce Bénédicte, le conservateur du musée des artistes vivants, choisi par Rodin pour être le premier conservateur de son musée, entreprend de faire monter un exemplaire complet de La Porte de l'Enfer. Les premières fontes en bronzes ne seront réalisées que 10 ans plus tard.

Obsèques de Rodin1917 ^

Rodin épouse Rose Beuret le 29 janvier à Meudon, qui décède le 14 février des suites d'une pneumonie.

Triste et silencieux, la pensée très affaiblie, indifférent à son environnement, Rodin ne travaille plus et ne quitte guère Meudon, se contentant de courtes promenades à proximité de sa maison.

Il meurt le 17 novembre. En cette période tourmentée par la guerre, le gouvernement exclut la possibilité de funérailles nationales.

Pierre Choumoff, Obsèques de Rodin, 24 nov 1917, [Ph.1009]

Rodin est enterré le 24 novembre à Meudon, aux côtés de Rose. Un grand Penseur est placé sur leur tombe.

1919 ^

Le musée Rodin ouvre ses portes au public le 4 août 1919.

< 1900-1908 : Un tournant décisif | 1909-1919 : Les dernières années