La Fondation Iris et B. Gerald Cantor, mécène de la nouvelle muséographie

La Fondation Iris et B. Gerald Cantor est partenaire de longue date du musée Rodin. Cette relation fut engagée par B. Gerald Cantor dès les années 1950 avec la directrice du musée Rodin, Cécile Goldscheider. Elle se poursuit encore aujourd’hui avec Catherine Chevillot. L’amitié fait partie intégrante de ce lien, qui est aussi animé par un désir partagé d’encourager la recherche sur Rodin et la diffusion de son œuvre. Mais la motivation la plus importante pour la Fondation est qu’il est capital d’assurer le rayonnement de l’art de Rodin.

Après l’acquisition par monsieur et madame Cantor, puis par la Fondation de 750 œuvres de Rodin, 450 d’entre elles ont été données à des musées, dont celui de Brooklyn, l’université de Stanford, le musée des Beaux-arts de Caroline du Nord pour ne citer que quelques exemples.

La Fondation, à travers sa politique d’expositions temporaires à des institutions américaines contribue en permanence à la diffusion de l’œuvre de Rodin.

 
Iris et Gerald B. Cantor autour du Baiser, DR

En 2014, Madame Iris Cantor, aujourd’hui présidente de la Fondation, a répondu positivement à la demande du musée concernant les travaux. Elle déclare : « Je me considère aujourd’hui comme personnellement responsable du legs de mon mari bienaimé. Pour Bernie et pour notre amour commun à l’égard de Rodin, je continue de promouvoir et diffuser l’œuvre de Rodin dans le monde.  Dès le début de la relation entre B. Gerald Cantor et le musée Rodin, puis à travers la fondation Iris et B. Gerald Cantor, depuis plus de soixante ans, les occasions de participer à la vie du musée et d’apporter un soutien indéfectible furent nombreuses et variées. Qu’il s’agisse d’acquérir un terrain à Meudon, de participer au développement de la recherche à travers des bourses, de soutenir la parution du catalogue des bronzes, de commander des œuvres, il est impossible de mettre un prix sur toutes ces actions, c’est le résultat d’une relation sans faille avec le musée. Aujourd’hui nous sommes heureux de participer à la rénovation de l’hôtel Biron qui permettra au musée de retrouver une jeunesse et de regarder l’avenir avec optimisme. »

Le don de la Fondation Iris et B. Gerald Cantor a permis de renouveler entièrement la muséographie du musée Rodin.


La fondation Cantor et le musée Rodin

La relation des Cantor avec l’œuvre de Rodin commence lorsque l’américain Bernard Gerald Cantor (1916-1996) développe une passion pour l’œuvre de Rodin en découvrant sa sculpture dans les musées américains. Dès les années 1950, Bernard Gerald Cantor visite le musée Rodin de Paris et rencontre sa conservatrice en chef, Cécile Goldscheider, avec qui il noue une relation intense de travail. Il achète au musée Rodin de très nombreuses éditions originales fondues en bronze, contribuant fortement au financement du musée national Auguste Rodin et à la Fonderie de Coubertin. Il devient le plus grand collectionneur de Rodin. Mais son activité de collectionneur ne reste pas réservée à la sphère privée puisque dès les années 1970, Bernard Gerald Cantor fait des donations d’œuvres de Rodin à l’université de Stanford en Californie et y développe avec l’historien de l’art Albert E. Elsen des expositions sur Rodin ainsi que des bourses de recherche.

Lorsqu’Iris Bazel épouse Bernard Gerald Cantor en 1977, le couple intensifie les actions de rayonnement de l’œuvre de Rodin aux États-Unis et Iris Cantor encourage Bernard Gerald Cantor à développer les nouveaux projets. En 1978, le couple de philanthropes créé la Fondation Iris & B. Gerald Cantor, dont l’une des missions principales est de mettre en valeur l’œuvre de Rodin.

A l’occasion de la première fonte en bronze réalisée avec la technique de fonte à la cire perdue de La Porte de l’Enfer (réalisée par la Fonderie de Coubertin), Iris Cantor comprend l’importance historique de l’événement et coproduit le film documentaire Rodin, The Gates of Hell, filmant toutes les étapes de fonte pendant quatre ans. Ce film, qui recevra de nombreux prix, contribue pendant des générations à la compréhension de l’œuvre de Rodin et aux techniques de la sculpture.

En 1981 est inaugurée l’exposition Rodin Rediscovered à la National Gallery of Art de Washington, projet au succès public exceptionnel qui n’aurait pu se réaliser sans le concours des Cantor. Cette exposition capitale présente La Porte de l’Enfer, financée par les Cantor pour Stanford. Rodin commence alors à être redécouvert par le public américain et les collectionneurs d’art s’y intéressent de plus en plus. 

L’action d’Iris et B. Gerald Cantor se poursuit dans les années 1980 par trois grandes donations : le B. Gerald Cantor Rodin Sculpture Garden de Stanford qui accueille La Porte de l’Enfer et vingt sculptures monumentales, le Iris and B. Gerald Cantor Exhibition Hall au Metropolitan Museum of Art et enfin, le Brooklyn Museum. Dans tous ces lieux, des expositions sur l’œuvre de Rodin sont organisées par la Fondation. En effet, au fil des années, le couple a acquis plus de 750 sculptures, dessins, estampes et archives et donnent plus de 450 œuvres à plus de 70 musées.

A la mort de son époux en 1996, Iris Cantor continue les efforts de sa Fondation en développant les expositions autour de Rodin, les bourses de recherches sur la sculpture et en donnant des œuvres à des musées pour montrer l’œuvre de Rodin au plus grand nombre. Iris Cantor à travers sa Fondation poursuit son travail passionné, œuvrant pour diffuser l’héritage d’Auguste Rodin.


> cantorfoundation.org

> Soutenir le musée