Vers l'inachèvement : 1900-1917

vue exposition Rodin, la chair, le marbre 2012-2013

La gloire de Rodin devenant immense après l'exposition de l'Alma (1900), les collectionneurs se montrent sensibles aux prestiges des marbres dont le nombre s'accroît. Les oeuvres sont parfois reproduites en plusieurs exemplaires, même si la main de l'artiste reste un symbole fort (La Main de Dieu). De nombreuses pièces créent un fond (Le Jour et la nuit, Dernière vision ou Mort d'Adonis-Océanides) et constituent des sortes de reliefs qui cultivent parfois un certain sfumato. De la maquette (Mains d'amant, Fée des eaux, Psyché et l'Amour) à l'oeuvre finie, et contrairement à la vision classique, Enfin, des portraits (Victor Hugo, Mme Fenaille, Puvis de Chavannes) montrent l'importance croissante du matériau brut dans l'oeuvre. Le buste semble alors émerger du bloc comme un bourgeon de plante, mêlant les ordres végétaux et minéraux, l'art et la nature, et poursuivant ainsi la métaphore des Fleurs dans un vase.