La Mort d'Adonis

La Mort d'Adonis
© Musee Rodin - Photo : Christian Baraja

Auguste Rodin (1840 -1917)

La Mort d'Adonis

Adonis mourrant ou Adonis pleuré par Vénus ou Héro et Léandre

1891

Marbre

H. 36,2 cm ; L. 61,5 cm ; P. 37,5 cm

S.5840

Marbre 1894-1895
Praticien Victor Peter
Signé, sur le côté gauche : A. Rodin

La mythologie et les Métamorphoses d’Ovide furent pour Rodin une source inépuisable d’inspiration, même si les scènes retenues ne furent que des prétextes à la réalisation de groupes et de figures dont l’agencement passionne l’artiste. Il reprend ici le petit Homme à genoux, renversé sur le dos. Une jeune femme, éplorée, rappelant la position de La Danaïde, l’embrasse comme pour le faire revenir à la vie. Plusieurs oeuvres portèrent le titre de Mort d’Adonis : ici, Rodin se concentre sur la tristesse de Vénus, impuissante à rendre la vie à son bien-aimé, le sculpteur réservant le moment de la Résurrection d’Adonis à une autre oeuvre. Le groupe apparut pour la première fois sous la forme d’un dessin, en marge du poème « Le Poison », dans l’exemplaire des Fleurs du mal illustré pour Gallimard (1887-1888). En 1900, au pavillon de l’Alma, à Paris, lors de la grande rétrospective de son oeuvre, Rodin présenta l’esquisse en plâtre, ainsi qu’un moulage du marbre, ce dernier rendant davantage compte du travail de la chair, des effets de surface et du rendu du matériau. Le traitement du marbre, auquel Rodin confère une portée à la fois symbolique et expressive, permet de donner aux corps l’effet lisse de la peau, à la fois sensuelle et vivante, et à la base un aspect brut et rugueux, surprenant le public par son caractère « trop paroxysmique et décadent ». (Henry Adams à un ami, 27 septembre 1895, cité in Grunfeld 1988, p. 385). Il existe au moins trois marbres, exécutés entre 1890 (taillé par Mathet, ancienne collection Chavasse) et 1901 (sans doute exécuté par Raynaud ; Baltimore, The Walters Art Gallery), dont les principales différences résident dans le traitement plus ou moins abouti de la base.

La Mort d'Adonis
© Musee Rodin - Photo : Christian Baraja