Madame Roll

Madame Roll
© Musée Rodin - Photo : Christian Baraja

Auguste Rodin (1840 -1917)

Madame Roll

1883

Marbre

H. 57,5 cm ; L. 50,5 cm ; P. 34,1 cm

S.985

Marbre, avant mai 1887
Praticien : Louis Cornu ?

Signé, à l’arrière de l’épaule gauche : Ate Rodin

Après les monuments publics, les portraits de personnage en vue étaient un moyen efficace de faire progresser la carrière d’un sculpteur. Représentée en toilette de soirée, la première épouse du peintre Alfred Roll apparaît ici en femme du monde, dans la lignée des portraits prestigieux réalisés sous le second Empire par Jean-Baptiste Carpeaux, par exemple. On sait que la jeune femme vint poser à la fin de l’année 1882 et au début de 1883. Rodin envisagea d’exposer cette pièce lors du Salon triennal de cette année-là, mais il semble qu’il n’ait pu la terminer à temps. Il devait s’agir alors d’une épreuve en plâtre tirée du moule pris sur la terre modelée par l’artiste, car le marbre n’aurait pas pu être taillé dans un délai si court. Une photographie prise dans l’atelier nous montre le buste en plâtre retouché par l’adjonction d’une fleur modelée en cire ou en terre crue, ornement que l’on retrouve dans le marbre. Ce dernier fut exposé pour la première fois au printemps de 1887, à la galerie Georges Petit. Parmi les praticiens qui travaillaient alors pour Rodin, on peut envisager que Louis Cornu ait été chargé de cette tâche, car il était à la fois ornemaniste et spécialiste des marbres décoratifs. Avec celui de Mme Morla-Vicuña (1887), plus remarquable encore, l’effigie de Mme Roll est le seul buste féminin en marbre d’une telle ampleur créé par Rodin avant 1900. Le sculpteur modela d’autres portraits prestigieux à cette période, qui contribuèrent à lancer sa carrière : outre ceux d’artistes amis, le plus remarquable est celui de Victor Hugo, modelé en 1883 et présenté avec succès au Salon de 1884, qui relève d’une stratégie délibérée de promotion de l’artiste grâce à la célébrité du modèle. Rodin en fit exécuter plusieurs versions en marbre jusqu’à la fin de sa carrière.

Madame Roll
© Musée Rodin - Photo : Christian Baraja