Aphrodite assise, dite Agrippine

Aphrodite assise, dite Agrippine
© Musée Rodin - Photo : Luc et Lala Joubert

Aphrodite assise, dite Agrippine

IIe siècle après J.-C.

Marbre

H. 93 cm ; L. 118 cm ; P. 48 cm

Co.471

Acquis par Auguste Rodin chez l'antiquaire Gaston Neumans, le 9 avril 1909.

Vêtue d’une longue tunique et d’un manteau, la femme est représentée assise sur une chaise à haut dossier.

 

Le nom d’Agrippine fut donné au XVIIe siècle à l’exemplaire similaire conservé au musée du Capitole à Rome. L’œuvre est également appelée "Aphrodite assise", nom de l’original grec sculpté par Phidias au Ve siècle avant J.-C. dont les répliques à l’époque romaine servent de statues-portraits féminins funéraires ou honorifiques.

 

Rodin acquiert la statue en 1909 et l’expose sous le péristyle du Pavillon de l'Alma à Meudon, en introduction de ses propres sculptures en plâtre. Il place non loin, comme un effet de miroir, son torse de Cybèle, agrandi en 1904, autre figure partielle assise, sans tête, l’unique bras pointé vers le sol. Le sculpteur y a renoncé sur sa figure, comme il le voit sur l’antique anonyme mutilé par le temps, à tous les attributs permettant de l’identifier et seul le titre mythologique permet encore de l’inscrire dans une tradition.

Aphrodite assise, dite Agrippine
© Musée Rodin - Photo : Luc et Lala Joubert