Auguste Rodin (1840 -1917)

Trois Faunesses

Avant 1896

Fonte au sable, par Alexis Rudier, décembre 1916

24,1 × 28,15 × 15 cm

S.6724

Signé A. Rodin à la jonction des bras

Ce petit groupe est réalisé grâce à la multiplication d’une même figure. Cambrée de manière à faire saillir les seins et les fesses, cette faunesse apparaît comme l’une des figures de prédilection de Rodin. On la retrouve en effet quatre fois dans La Porte de l’Enfer ainsi que dans différents assemblages réalisés par Rodin comme Le Vieil Arbre, Tentation, ou encore Faunesse et coupe antique. Disposées ici en cercle, les Trois faunesses, parfois intitulé les Trois danseuses, forment une ronde teintée d’un érotisme païen qui ne semble pas étranger au goût de Rodin pour la lecture d’Ovide. Présenté en plâtre au pavillon de l’Alma en 1900, il y était décrit comme « la contrepartie » du groupe des Trois Vertus.

Un exemplaire fut gardé à Meudon par le sculpteur et Judith Cladel décrivit l’œuvre, qu’elle remarqua lorsqu’elle vint rendre visite au sculpteur après son attaque de 1916, comme une « œuvre adorable, ronde de trois femmes se tenant par les bras pour se chuchoter un secret ». Le plâtre était également présent dans l’atelier vitré de Meudon lorsque le corps de Rodin y fut exposé en novembre 1917.

< Retour à la collection