Auguste Rodin (1840 -1917)

Pierre Puvis de Chavannes

1891

Fonte au sable, entre 1907 et 1914 ?

S.1891

Signé A. Rodin sur la poitrine, à gauche. Inscription ALEXIS . RUDIER / FONDEUR . PARIS. sous l’omoplate droite.

En 1890, Rodin reçoit de l’État la commande d’un buste de Puvis de Chavannes destiné au musée des Beaux Arts d’Amiens où les fresques monumentales de celui-ci venaient d’être inaugurées. Liés d’amitié depuis longtemps, et s’admirant mutuellement, les deux artistes se réjouissent à cette idée et les séances de poses se succèdent rapidement. Sur l’insistance du modèle, récemment nommé président de la Société nationale des beaux-arts, Rodin esquisse un haut de redingote pour le buste. Mais la tête, à cause de son mouvement renversé en arrière, déplut à Puvis de Chavannes.

« Ce fut une des amertumes de ma carrière, confia plus tard Rodin à Paul Gsell. Il jugea que je l’avais caricaturé. Et pourtant, je suis certain d’avoir exprimé dans ma sculpture tout ce que je ressentais pour lui d’enthousiasme et de vénération ». (Paul Gsell, Auguste Rodin, L'art, Entretiens réunis par Paul Gsell, Paris, Bernard Grasset. Republié avec, en annexe, "Le Testament de Rodin", 1967, 1986, p.187)Toujours soucieux de rendre une forme de vérité ou d’intériorité de son modèle, Rodin avait cherché à capter la lumière à travers ce basculement de la tête, tout en faisant ressortir une ressemblance réelle avec la physionomie du peintre.

< Retour à la collection