Auguste Rodin (1840 -1917)

Nijinski

1912

Plâtre

H. 17,5 cm ; L. 9,39 cm ; P. 6,5 cm

S.1185

La deuxième représentation publique de L’Après-midi d’un faune de Debussy suscita en 1912 l’enthousiasme de Rodin. Le danseur et chorégraphe Vaslav Nijinski (1889-1950) l’impressionna particulièrement, comme l’avaient fasciné auparavant Loïe Fuller, Isadora Duncan ou les danseuses cambodgiennes.

 

Nijinski aurait accepté de poser pour lui, sans doute en juillet 1912, en remerciement du soutien que lui avait apporté le sculpteur au cours de la polémique provoquée dans la presse par les Ballets russes. Les recherches gestuelles de ces danseurs ou l’exotisme des ballets orientaux offraient à Rodin un nouveau répertoire de gestes et de mouvements qu’il étudiait à travers dessins et sculptures. Nijinsky est ici saisi en plein élan, prêt à bondir. Selon Rainer Maria Rilke, on se trouve ainsi devant un personnage « qui prenant appui sur son centre se soulèverait pour se distribuer en mouvements, non, qui aussitôt les aurait repris de toutes parts. »

< Retour à la collection