Auguste Rodin (1840 -1917)

L'Éternel Printemps

Vers 1884

Bronze

H. 64,5 cm ; L. 58 cm ; P. 44,5 cm

S.989

Fonte réalisée par la fonderie Alexis Rudier en 1926 pour les collections du musée.

L'œuvre  fut créée durant la période d’intense travail autour de La Porte de l’Enfer, mais ce sujet gracieux n’y figura jamais : tout comme Le Baiser, dont il constitue une sorte de variante, son sujet évoque le bonheur de deux jeunes amants, sentiment qui parut ne pas convenir au thème infernal de La Porte.

 

Le personnage féminin de ce groupe dérive du Torse d’Adèle, créé antérieurement par Rodin et utilisé au tympan de La Porte de l'Enfer. La sensualité de ce corps cambré, tendu vers les lèvres du personnage masculin, s’intègre parfaitement dans la composition. À cette courbe ascendante répond le large mouvement de l'homme qui domine la composition, à l’inverse du Baiser où l’initiative semble venir de la femme. Évoquant par son mouvement gracieux la sculpture du XVIIIe siècle, que Rodin appréciait et qu’il avait beaucoup imitée lorsqu’il travaillait pour des ornemanistes, L’Éternel Printemps connut un grand succès et fut traduit plusieurs fois en bronze et en marbre.

< Retour à la collection