Auguste Rodin (1840 -1917)

Les Bourgeois de Calais, première maquette

1884

Plâtre

H. 61 cm ; L. 38 cm ; P. 32.5 cm

S.86

En 1347, à l’issue d’un siège d’un an, six notables de la ville de Calais acceptent de remettre les clefs de leur ville au roi d’Angleterre vainqueur. L’histoire est rapportée par Jean Froissart dans Les Chroniques de France (1370-1400).

 

En septembre 1884, le maire de Calais, Omer Dewavrin, propose d’élever un monument, à l’aide d’une souscription nationale, en hommage à l’héroïsme d’Eustache de Saint-Pierre et de ses compagnons. Le peintre Alphonse Prosper Isaac, calaisien établi à Paris, est chargé de guider le comité dans le choix d’un statuaire et propose le nom de Rodin. À la lecture du récit de Jean Froissart, le sculpteur se met au travail sans attendre la commande ferme. Ce n’est pas un bourgeois de Calais qu’il souhaite représenter dans une « lente procession vers la mort » mais six : Eustache de Saint-Pierre, Jean d’Aire, Pierre et Jacques de Wissant, Andrieu d’Andres et Jean de Fiennes.

 

Dès la première maquette, la notion de sacrifice collectif s’impose. Les six personnages, qui ne sont pas encore individualisés, sont présentés sur le même plan, les uns à côté des autres, sans hiérarchie et vêtus de la chemise des condamnés. Ils sont placés sur un socle rectangulaire très haut, orné de bas-reliefs, qui forme un piédestal triomphal. Cette première maquette enthousiasma le comité et valut à Rodin la commande officielle du monument.

< Retour à la collection