Auguste Rodin (1840 -1917)

Le Sommeil

Vers 1894

Terre cuite, plâtre, cire, pâte à modeler, papier journal

H. 46 cm ; L. 47,6 cm ; P. 39,5 cm

S.1829

Il est exceptionnel de conserver des œuvres aussi composites, tant leur fragilité compromet leur conservation à long terme. Rodin, qui pourtant n’hésitait jamais à utiliser n’importe quel matériau, n’a que rarement atteint un tel degré d’hétéroclisme. Partant d’un buste féminin en terre cuite, il le modifia à l’aide de papier journal et de plâtre frais, puis ajouta de la cire pour retoucher la chevelure, et un fruit moulé sur nature pour parfaire son allégorie. Les yeux clos de cette jeune fille, dont la pose n’est pas sans rappeler La Méditation, ainsi que la grenade posée près d’elle, en font une parfaite évocation du sommeil.

 

Les clous et les points marqués au crayon révèlent la fonction initiale de cette œuvre étonnante : il s’agissait d’une maquette pour un marbre taillé en 1894, ce qui explique son caractère peu soigné. Il suffisait en effet à Rodin d’indiquer à son praticien les grandes lignes de la figure qu’il devait tailler, et l’artisan avait ensuite, sous le contrôle du maître, une assez grande liberté d’action.

> Voir cette oeuvre en 3D
< Retour à la collection