Auguste Rodin (1840 -1917)

La Porte de l'Enfer, troisième maquette

1881

Plâtre

H. 111,5 cm ; L. 75 cm ; P. 30 cm

S.1189

La troisième maquette de La Porte de l’Enfer est très proche de la composition finalement retenue par Rodin. Comme le montrent plusieurs dessins de la même époque, le sculpteur avait rapidement réduit le nombre des panneaux de dix à huit, avant de renoncer au compartimentage des vantaux. L’organisation de La Porte emprunte une partie de ses caractéristiques à l’art gothique : au milieu se dresse un trumeau couronné d’une figure sur chapiteau, Le Penseur, logé dans une sorte de tympan. Toutefois, c’est surtout à la Renaissance que l’œuvre fait référence, avec sa composition en lignes orthogonales, ses pilastres ornés et son entablement à modillons. On reconnaît parmi les principaux groupes esquissés sur les vantaux Le Baiser à gauche, et Ugolin dévorant ses enfants, à droite, dans une version plus proche des études dessinées que de l’œuvre finale.

 

Ce plâtre résulte du moulage d’une terre crue, celle-là même sur laquelle travaillait Rodin, et présente sans doute l’une des dernières étapes de sa réflexion.

< Retour à la collection