Auguste Rodin (1840 -1917)

Hanako, type E, masque

1911

Pâte de verre

H. 22,2 cm ; L. 13,9 cm ; P. 9,5 cm

S.454

Hanako, danseuse et comédienne japonaise rencontrée en 1906 lors de l’exposition coloniale de Marseille, fut l’un des modèles de Rodin. Fasciné par les expressions de son visage lorsqu’elle mimait des scènes de hara-kiri, le sculpteur réalisa une série d’études sculptées et de nombreux dessins.

 

Ce portrait de « femme méditative », pour reprendre les termes utilisés par Hanako elle-même, fut inspiré à Rodin par son attitude durant les moments de repos qui séparaient deux éprouvantes séances de pose. Le regard flottant dans le vide, la bouche entrouverte, elle présente des traits détendus. Ici l’étude se concentre exclusivement sur le visage du modèle, découpant un masque dont la chevelure est réduite au minimum. En 1910, Rodin collabore avec un spécialiste de la pâte de verre Jean Cros qui l’aidera à transcrire le masque dans cette matière fragile rappelant la carnation humaine.

 

La pâte de verre fut essentiellement employée par Rodin dans son oeuvre pour des portraits féminins : outre Hanako, il représenta aussi Camille Claudel, Hélène de Nostitz, Rose Beuret ainsi qu’un Faune de profil dans ce matériau.

< Retour à la collection