Auguste Rodin (1840 -1917)

Femmes damnées

Avant 1890

Bronze

H. 19,5 cm ; L. 28,3 cm ; P. 12 cm

S.31

Fonte au sable réalisée vers 1892
Signature Rodin très effacée, devant, à gauche.
Étiquette « Vente A. Roux. Rodin Damnées. TY SE » dessous

Ce groupe prend pour point de départ le Nu féminin agenouillé, penché vers l’avant, que l’on peut reconnaître grâce à la croupe provocante de la figure supérieure et qui fut également utilisé dans Les Trois Sirènes. Deux femmes s’enlacent ici dans une posture à l’érotisme affirmé. Cette composition constitue l’une des plus audacieuses de Rodin sur ce sujet et ne fut jamais exposée du vivant de l’artiste.

 

S’il ne fut pas retenu pour être intégré à La Porte de l’Enfer, ce groupe appartient à une série d’œuvres du sculpteur mettant en scène des amours saphiques comme Daphnis et Lycénion ou Les Métamorphoses d’Ovide. Le titre ne semble s’être fixé qu’après la mort de l’artiste en référence à un poème de Charles Baudelaire, les « Femmes damnées », que Rodin avait illustré avec deux femmes enlacées dans l’exemplaire de Paul Gallimard.

< Retour à la collection