Auguste Rodin (1840 -1917)

Convalescente

1907 ? Vers 1914 ?

Marbre

H. 49 cm ; L. 74,1 cm ; P. 55,4 cm

S.1016

Praticien : Jean-Marie Mengue, Auguste Rodin, Émile Matruchot
Ni signé, ni daté

Ce marbre représente une tête de jeune femme dont la bouche est cachée par ses deux mains réunies. Celle-ci se dégage d’un bloc sommairement dégrossi. Le marbre a été conçu à partir de l’œuvre l’Adieu, elle-même réalisée grâce à l’assemblage d’un portrait de Camille Claudel dit « aux cheveux courts » et de deux mains, le tout lié par un drapé et posé sur une caisse en bois. Dans la Convalescente, aussi appelée autrefois « Mélancolie » ou « Silence », les mains et la tête émergent à peine du bloc faisant disparaître l’impression d’assemblage au profit d’une plus grande fluidité.

 

Les portraits de Camille Claudel furent maintes fois employés par Rodin dans des assemblages comme dans le Masque de Camille Claudel et main gauche de Pierre de Wissant ou encore dans des œuvres allégoriques comme la France, ou la Pensée.

< Retour à la collection