Auguste Rodin (1840 -1917)

Charles Baudelaire

Vers 1892

Bronze

H. 22,2 cm ; L. 19 cm ; P. 21,5 cm

S.32

Rodin avait la passion du vivant et ne travaillait jamais sans modèle. Pour répondre à des projets de monuments commémoratifs, il procédait donc par substitution en trouvant autour de lui des sosies présumés des défunts à représenter. Il fit donc poser un dessinateur du nom de Malteste qui présentait "toutes les lignes caractéristiques du masque baudelairien". La tête fut à l’origine conçue par Rodin pour un monument qui ne vit finalement jamais le jour.

 

Rodin, qui illustra Les Fleurs du Mal en 1887-1888, éprouvait une immense admiration pour le poète ; il s'attacha à condenser tout le génie de Baudelaire dans la tête seule : "Ce n'est pas Baudelaire mais c'est une tête de Baudelaire". Voyez, le front est énorme, renflé aux tempes, bossué, tourmenté, beau quand même (…). Les yeux ont le regard comme au-dedans, la bouche est sarcastique, amère dans sa ligne sinueuse (…). C'est Baudelaire, enfin" (Paris, 1892).

< Retour à la collection