Auguste Rodin (1840 -1917)

Balzac en robe de moine

Vers 1893

Plâtre

H. 107,5 cm ; L. 53 cm ; P. 39 cm

S.179

En 1891, Rodin reçoit la commande d’un Monument à Balzac de la part de la Société des Gens de Lettres, association d’écrivains dont l’auteur de la Comédie humaine avait été l’un des fondateurs. En 1892, la commission souhaite voir représenter son sujet en robe de moine. Comme il en avait l’habitude, Rodin commença alors par l’étude d’un nu (dite étude de nu C puis G), pour l’habiller ensuite.

 

Dans ce plâtre, la robe de moine est parfaitement identifiable grâce à la ceinture de corde et au capuchon dans le dos. Le torse et la tête légèrement rejetés en arrière donnent une certaine majesté à la figure de l’écrivain.

 

Cette maquette se rattache également à la tradition monumentale de la seconde moitié du XIXe siècle en représentant l’écrivain avec ses attributs : la disposition du bras droit met en effet en valeur l’imposante main tenant les feuillets manuscrits de l’auteur.

< Retour à la collection