Auguste Rodin (1840 -1917)

Balzac en redingote d'après Gavarni ?

1891

Terre cuite

H. 20,9 cm ; L. 11 cm ; P. 11 cm

S.125

Signé sur le rebord de la terrasse : RD.

Modelée très vivement du bout des doigts, à partir de boulettes d’argile rouge sombre sur lesquelles on distingue des empreintes digitales, cette esquisse se place sans doute au tout début des recherches de Rodin pour le Balzac. On peut imaginer qu’ayant rassemblé une première documentation, il voulut donner corps très vite à l’idée qu’il se faisait de la silhouette de Balzac.

 

Vue de profil, cette terre cuite, ainsi qu’un autre modèle avec les mains derrière le dos (S.262), évoque la description que donnait le dessinateur Gavarni (1804-1866) de Balzac et dont Rodin dut avoir connaissance par Edmond de Goncourt (1822-1896) : « Gavarni disait que du derrière de la tête aux talons de Balzac, il y avait une ligne droite, pourtant avec un ressaut aux mollets ; et que devant c’était un véritable as de pique. Et il se mit même à découper une carte pour nous montrer l’exacte silhouette de son corps. » (Goncourt, « Gavarniana », mars 1855, Journal, 1989).

 

Ces terres cuites présentent Balzac en redingote. Or, s’il garda l’idée du gros ventre, Rodin ne continua pas dans cette direction puisque la Société des Gens de Lettres opta le 9 janvier 1892 pour un Balzac en robe de moine.

< Retour à la collection