Auguste Rodin (1840 -1917)

Balzac, deuxième étude de nu F, dite « en athlète »

1896

Bronze

H. 93,1 cm ; L. 43,5 cm ; P. 35 cm

S.1080

Fonte réalisée par Georges Rudier en 1969 pour les collections du musée Rodin.

En 1891, Rodin reçut la commande d’un Monument à Balzac de la part de la Société des Gens de Lettres, association d’écrivains dont Balzac, auteur de La Comédie humaine avait été l’un des fondateurs.

 

Le sculpteur commença par réunir de nombreux portraits et témoignages et esquissa plusieurs compositions assez conventionnelles qui ne le satisfaisaient pas. Il décida finalement de repartir d’une étude de nu qu’il avait réalisée une dizaine d’années plus tôt pour l’un des Bourgeois de Calais, Jean d’Aire.

 

Ce corps musculeux ne correspond pas, a priori, à l’idée que l’on se fait du grand écrivain, mais Rodin ne recherchait plus alors la ressemblance physique : c’est l’expression tendue, déterminée, de ce personnage qui l’intéressait, car elle devait désormais conférer au Balzac une puissance de lutteur. Selon sa méthode, le sculpteur travailla par fragmentation et assemblage, ajoutant des jambes, modifiant la position des bras, plaçant les mains sur le sexe, essayant plusieurs têtes… C’est ce corps, drapé d’une robe de chambre et pourvu d’une tête, qui permit à Rodin d’aboutir au monument final.

< Retour à la collection