Edward Steichen (1879 -1973)

The Open sky, 11 p.m.

1908

Tirage au charbon

H. 25,2 cm ; L. 22 cm

Ph.235

« Vos photographies feront comprendre au monde mon Balzac » s’enthousiasme Rodin, en 1908, quand Edward Steichen lui montre la série des Balzac nocturnes.

 

Rodin n’a pas oublié le scandale de 1898 autour de son œuvre qu’il considérait alors comme l’essence même de son esthétique. Le jeune photographe pictorialiste s’était passionné pour cette sculpture de Rodin alors qu’il vivait encore aux États-Unis et qu’un journal local de Milwaukee (Wisconsin) en avait publié une reproduction. Sept ans après la rencontre des deux hommes à Paris, le sculpteur commande à Steichen des photographies, « à la lumière de la lune », de son Balzac qui n’existe alors qu’à l’état de plâtre.

 

Steichen passe deux nuits entières à travailler dans les jardins de Meudon, explore pour la première fois les possibilités de l’éclairage lunaire et réussit, grâce à des temps de pose très longs, quelques clichés spectaculaires. Le moment exact de chaque cliché est précisément noté - The Open sky est pris à onze heures du soir - ainsi que la position. Perfectionniste, le photographe passe ensuite plusieurs semaines dans son laboratoire, à chercher l’unique teinte bleu-vert qui permette de renforcer l’effet de nuit. Lui-même écrit qu’il a « peint » le Balzac tant son œuvre s’apparente à un tableau.

< Retour à la collection