Eugène Carrière (1849 -1906)

Figure vue de dos se peignant

Vers 1889

Huile sur toile

H. 56 cm ; L. 46,5 cm

P.7275

C’est sans doute par l’intermédiaire du critique Roger Marx qu’Eugène Carrière et Rodin se rencontrent vers 1885. Jusqu’à la mort du peintre, les deux artistes entretiennent une forte amitié - Carrière participa notamment au comité de soutien au sculpteur lors de l’affaire Balzac en 1898 – doublée d’un profond respect pour leurs œuvres respectives. Régulièrement, les deux amis se rendent visite dans leurs ateliers et leur admiration mutuelle les amène progressivement à échanger certaines de leurs œuvres. C’est ainsi que le musée Rodin compte aujourd’hui parmi ses collections onze toiles du peintre.

 

Figure de dos se peignant montre l’intérêt que Carrière porte au corps féminin, intérêt qu’il partage avec Rodin. Il existe une correspondance intime entres les formes du sculpteur, surgies d’une matière brute, et les figures évanescentes du peintre, dont les contours, entre ombre et lumière, sont estompés. Le traitement de la lumière, caractéristique de l’œuvre de Carrière, enveloppe et magnifie la carnation du modèle. Notre regard est par là même dirigé vers l’essentiel de la toile : le corps de cette femme se peignant.

< Retour à la collection