Claude Monet (1840 -1926)

Belle-Ile

1886

Huile sur toile

H. 65 cm ; L. 85,5 cm

P.7329

Monet et Rodin entretiennent une amitié profonde et se vouent une admiration mutuelle. Leurs œuvres sont réunies en 1889 lors d’une exposition commune à la galerie Georges Petit. En 1888, Monet offre cette toile au sculpteur vraisemblablement en échange de sa Jeune mère à la grotte. Belle-Île appartient à un ensemble de trente-neuf toiles que le peintre réalise lors d’un séjour à Belle-Île en Mer en 1886. Pendant dix semaines, Monet arpente la partie la plus sauvage de l’île. Il déplace son chevalet le long des côtes déchiquetées pour peindre directement sur le motif et capter les variations infinies de la lumière côtière.

 

Influencé par les estampes japonaises d’Hokusai, il multiplie les vues de rochers en mer et renouvelle son langage pictural face aux immensités insulaires, vierges de toute figure humaine. Les toiles réalisées à Belle-Île constituent un véritable tournant dans l’œuvre du peintre, car elles inaugurent le travail sériel pratiqué par Monet à partir des années 1890 : observer la métamorphose d’un motif à différentes heures du jour et de l’année, procédé qu’il systématise ensuite et qui caractérise durablement son œuvre.

< Retour à la collection