Auguste Rodin (1840 -1917)

Squelette et crâne

Vers 1856

Crayon, plume et encre noire sur papiers découpés, collés en plein sur un support

H. 25,3 cm ; L. 11 cm

D.100 - D.102

La passion du dessin est ce qui, très tôt, semble distinguer et isoler le jeune Auguste, à peine âgé de neuf ans, de son entourage laborieux et modeste. «Tout jeune, aussi loin qu’il m’en souvienne, je dessinais. Un épicier chez lequel ma mère se servait, enveloppait ses pruneaux dans des sacs de papier faits avec des pages de livres illustrés et même avec des gravures. Je les copiais. Ce furent mes premiers modèles. » (Dujardin-Beaumetz, 1913).

 

Dès que Rodin peut se consacrer à l’apprentissage du dessin, en entrant, en 1854, à la « Petite Ecole », il est initié au dessin de mémoire, mais aussi encouragé à la pratique de la copie de gravures et de dessins. 

 

Squelette et Crâne, provient de deux copies qu’il réalisa durant ses années d’étude, croquis découpés et assemblés ultérieurement par le jeune artiste. Le tracé à la plume d’une grande précision et l’usage de hachures fines et régulières sont pour le dessinateur une façon de reproduire les techniques spécifiques de la gravure, tandis que sa fascination pour le squelette traduit une volonté de retrouver, sous la surface extérieure et visible des chairs, les structures sous-jacentes du corps humain.

< Retour à la collection