Auguste Rodin (1840 -1917)

Ève

Vers 1884

Plume et encre noire, lavis d’encre brune sur papier

H. 25,4 cm ; L. 18,7 cm

D.7142

Legs Marcel Guérin, 1948.

La plupart des dessins de Rodin, en relation avec des sculptures, ne sont pas des projets mais des créations réalisées d'après les sculptures achevées, généralement pour illustrer un article de revue ou un livre. C’est le cas ici puisque ce dessin, reprenant l’attitude d'Eve, sculptée en 1881, était initialement destiné à illustrer Enguerrande d’Emile Bergerat. Il fut finalement utilisé en 1900 comme frontispice des Contes Surhumains de Victor Émile Michelet.

 

Quand il dessine d’après ses sculptures, Rodin se sert d’un réseau de hachures plus ou moins serrées qui façonnent l’ombre et la lumière, s’inspirant en cela de la technique de la gravure. Les taches et coulées d’encre, comme les hachures très appuyées autour de la figure et sur le bras et la tête de la femme, créent un effet de clair-obscur très rembranesque. Le visage d'Adèle Abruzzezi, modèle pour l'Eve, est mangé par l’ombre, tandis que sur son ventre arrondi de femme enceinte, se concentre toute la lumière. Ève, pécheresse sans visage, devient avant tout, dans ce dessin, la «porteuse» de toute l’humanité à venir.

< Retour à la collection