Auguste Rodin (1840 -1917)

Lettre d'Auguste Rodin à Hélène de Hindenburg

22 novembre 1902

Encre sur papier

H. 17,8 cm ; L. 11,2 cm

L.764

Helene von Hindenbourg, qui devint plus tard Hélène de Nostitz, n’a que 22 ans lorsqu’elle fait la connaissance de Rodin, alors au faîte de sa gloire. Cette rencontre qui la bouleverse marque le point de départ d’une longue amitié, entretenue au fil d’une riche et exceptionnelle correspondance. En 1901 et 1902, Rodin séjourne chez elle, en Italie, dans sa villa d’Ardenza, où ils partagent des moments de sensibilité artistique intense et dont le sculpteur garde un souvenir ému. Ensemble ils parcourent la région et s’émerveillent devant ses trésors tant convoités.

 

Les soirées sont consacrées à la lecture et à la musique, et dans une atmosphère quasi mystique, ils écoutent Beethoven qu’elle interprète pour lui au piano. Dans leurs échanges épistolaires, ils évoquent inlassablement l’antique et la Renaissance, célèbrent Le Pérugin, s’enthousiasment devant Michel-Ange et échangent leurs émotions musicales. Dans un style littéraire soudain très soigné, Rodin livre ses émotions les plus intimes, et manifeste par la même occasion, une ferveur peu coutumière.

< Retour à la collection