Auguste Rodin (1840 -1917)

Psyché-Printemps

1886

29,6 × 48 × 40,3 cm

S.1116

Ce groupe, comme de nombreux autres marbres de Rodin, est inspiré par l’histoire de Psyché. Il n’est cependant pas évident de saisir à quel moment de la légende se réfère cette scène.

L’œuvre représente un satyre surgissant derrière une nymphe étendue, aux jambes pliées et les bras croisés devant la poitrine. La composition et la posture des deux personnages traduisent le caractère inquiétant de la scène qui est également connue sous le nom de Nymphe surprise.

Probablement créé dans le contexte des recherches pour La Porte de l’Enfer, le motif constitue ici une œuvre autonome. Suivant le goût de Rodin pour la déclinaison et la réutilisation des figures, on retrouve également la figure féminine de ce groupe dans un certain nombre d’autres compositions. Isolée à genoux, elle est la Jeune Femme au serpent. Elle est également présente dans le marbre Adam et Ève ainsi que dans les Métamorphoses d’Ovide et même légèrement modifiée dans le bas-relief L’Été et l’Hiver.

< Volver a la colección